The page you're viewing is for French (EMEA) region.

The page you're viewing is for French (EMEA) region.

Une vue depuis l’Edge :
Pourquoi le datacenter de 2025 est important pour nos objectifs technologiques les plus ambitieux

Tony Gaunt •

Les premiers datacenters remontent au début des années 40, au début de la révolution informatique.

Comme toute technologie de l’époque, les datacenters étaient massifs et inefficaces, et fournissaient environ la même puissance de calcul qu’une calculatrice d’aujourd’hui. Au cours de cette période, ils ont évolué de la même manière que la plupart des technologies : plus de puissance, plus de compacité, et des niveaux d’efficacité incomparables.

Malgré les changements incroyables que nous avons pu constater dans ce domaine, la plus grande révolution des datacenters est à venir, et pourrait avoir lieu au cours des cinq prochaines années.

Plus près du Edge

En 2014, Vertiv a publié un rapport visant à montrer à quoi le datacenter de 2025 pourrait ressembler. Cinq ans plus tard, nous avons décidé de « vérifier » le développement de cette recherche en établissant un rapport intermédiaire pour déterminer si les prédictions étaient sur la bonne voie.

Prédire avec précision les événements à venir est de plus en plus difficile, car la technologie se métamorphose et évolue à un rythme effréné. Il en va de même pour le monde des datacenters, qui impose la cadence de tous les nouveaux développements technologiques que nous observons, et c’est exactement ce que reflète notre rapport intermédiaire.

La principale tendance ayant émergé au cours des cinq dernières années est l’Edge (la périphérie), une secousse qui aurait mérité un 0,2 sur l’échelle de Richter des datacenters en 2014.

La périphérie constitue un accès au point le plus pratique pour l’utilisateur, en d’autres termes, les appareils connectés à l’écosystème des datacenters qui utilisent ses ressources. Historiquement, il s’agit de routeurs, de commutateurs et d’ordinateurs de bureau. Mais les choses sont à présent plus compliquées : les ordinateurs portables, les smartphones, les technologies portatives, et bien plus encore, sont alimentés par des datacenters, et c’est là que tout change.

La principale différence entre ces nouveaux appareils est la mobilité. Ils ne sont plus fixes comme un ordinateur de bureau ou un bon vieux routeur. Nous sommes constamment en mouvement, tout comme les appareils et les applications dont nous dépendons pour travailler et gérer l’aspect numérique de notre vie personnelle.

Datacenters et bancs publics

En 2014, l’attention du secteur se portait essentiellement sur les architectures hybrides qui exploitent à la fois des ressources d’entreprise, de cloud et de colocation.

Cinq ans plus tard, la périphérie est devenue un tout nouveau segment. Plus de la moitié des répondants estiment que le nombre de sites de périphérie dans leur domaine a augmenté d’au moins 100 %. Un cinquième d’entre eux prévoyait une augmentation de 400 % ou plus.

Même si le changement sur cinq ans a été spectaculaire, il ne doit pas être considéré comme trop surprenant. Alors que les données et les applications se sont rapprochées de l’utilisateur final et transitent via un vaste panel d’appareils de périphérie de petite taille et puissants, les datacenters, eux aussi, ont suivi la cadence.

Cela signifie que nous allons voir des datacenters miniatures s’installer un peu partout, des lacunes de la métropole de Singapour pour prendre en charge la croissance de cette smart city, aux bancs des parcs de Paris pour alimenter les applications de l’Internet des objets (IoT).

Les archétypes en temps réel

Nous pourrions nous demander « quelle est l’urgence ? » La plupart des données que nous traitons n’ont pas besoin d’être traitées en temps réel. Si vous envoyez un e-mail ou un GIF amusant à quelqu’un, qu’il le reçoive en quatre ou huit secondes ne fera pas de différence.

Bien que ce retard acceptable soit sans importance pour de nombreuses applications, nous créons de plus en plus de technologies qui dépendent de données traitées instantanément. Les véhicules sans chauffeur, les transactions boursières, les marchandises à haute fréquence, et même les visioconférences en sont des exemples.

Dans une autre recherche, Vertiv a identifié quatre archétypes Edge mettant en évidence les applications nécessitant une infrastructure Edge efficace : Forte concentration des données, sensible à la latence humaine, sensible à la latence machine-machine et critique pour la vie.

Il est facile de voir comment les secondes ou les microsecondes perdues au cours du traitement des données à ce niveau pourraient coûter cher de bien des manières, des coûts essentiels dans le secteur des services financiers à la dépendance de la vie dans le domaine de la santé.

Étapes suivantes pour le DSI et le service informatique

Dans l’ensemble, la recherche ne change pas trop pour le DSI classique, le responsable informatique ou le service informatique en général. Les trajectoires globales du développement technologique, de la mobilité, de l’IoT et de tout ce qui s’y rattache sont toujours les mêmes : elles sont toutes ascendantes.

En termes d’infrastructure informatique, la plupart des entreprises privilégient déjà une combinaison d’environnements différents pour gérer leurs activités. Un récent rapport de 451 Research a indiqué que plus de 90 % des entreprises d’Asie-Pacifique disposent d’ores et déjà de plusieurs environnements cloud.

Il est essentiel que la périphérie soit intégrée à ce mélange hybride. Pour les entreprises, cela pourrait impliquer le déplacement de datacenters Edge vers des succursales ou des sites distants, garantissant que les données correspondant au bon archétype soient traitées sur place et ne dépendent pas d’un datacenter ou d’un site de colocation situé à des milliers de kilomètres de là. Ce point est particulièrement important dans des pays comme l’Australie où ces distances peuvent être immenses.

Pour les instances publiques, il peut s’agir d’une infrastructure de périphérie pour prendre en charge les applications des smart city et de l’IoT, garantissant ainsi que les exigences de l’expérience utilisateur soient respectées.

La périphérie et les micro-datacenters nécessaires à sa prise en charge ne seront pas la clé de voûte dont tout le monde parlera au cours de la prochaine étape de la révolution informatique, mais ils constitueront néanmoins une pierre angulaire de taille, un fait qui doit être reconnu par les entreprises et les dirigeants qui créent les applications et les expériences de périphérie. Autrement, nous atteindrons les limites de notre imagination bien plus vite que nous ne le pensons.

Pour en apprendre plus sur ce à quoi le datacenter de 2025 pourrait ressembler, lisez le rapport complet ici : Datacenter 2025 : Plus près du Edge

N’hésitez pas à vous abonner à notre blog pour rester informés des dernières tendances, technologies et actualités.

Articles associés

Connexion partenaire

Langue & Localisation