The page you're viewing is for French (EMEA) region.

The page you're viewing is for French (EMEA) region.

Les raisons pour lesquelles tout ce que vous pensiez savoir sur les datacenters préfabriqués n’est que pure invention

Andrew Donoghue •

Les préjugés ont la vie dure, particulièrement à l’ère des « fake news ».

Prenez par exemple l’idée reçue que l’ordre dans lequel vous buvez du vin ou de la bière ait une influence sur votre état du lendemain. Boire de la bière avant de consommer du vin ne pose pas de problème, mais l’inverse ? Oups…

En réalité, tout dépend de la quantité d’alcool consommée, et non de l’ordre dans lequel vous le buvez. La plupart des gens savent pertinemment que c’est totalement faux, mais sont ravis de ressortir cette idée reçue, ou d’attribuer leur gueule de bois à un verre de Chablis imprévu.

À vrai dire, de nombreuses décisions sont prises de manière instinctives et basées sur de vieilles croyances plutôt que sur une froide logique, comme nous aimons à le penser. Et malgré les innombrables connaissances et ressources disponibles, nos décisions prises dans le cadre professionnel reposent sur le même principe (tout comme celles prises au bar).

Le secteur des datacenters, tout comme les autres, a lui aussi son lot d’idées reçues, de mythes et de croyances communes. Le fait qu’il s’agisse d’une industrie reposant essentiellement sur le maintien de la résilience et de la disponibilité signifie que le conservatisme est souvent préféré. Méfiance est mère de sûreté et mieux vaut procéder comme d’habitude plutôt que de miser sur quelque chose de nouveau ou d’inconnu.

De ce fait, il existe nombre de technologies novatrices susceptibles de bouleverser le secteur, promettant d’améliorer le rendement et l’efficacité, qui risquent d’être entravées par des croyances communes archaïques, ou tout simplement fausses.

Prenez l’exemple des datacenters préfabriqués modulaires (PFM). À l’inverse des bâtiments conventionnels (ou traditionnels), qui nécessitent de longues phases de construction sur site, les unités ou modules de datacenter PFM sont assemblés en usine puis expédiés sur site.

Cette technologie existe depuis plus de 10 ans, et depuis plus longtemps encore dans d’autres secteurs que celui des datacenters. Elle continue d’évoluer, avec de plus en plus de fournisseurs développant de nouvelles technologies et de nouveaux services.

Malgré cet important héritage et une innovation continue, de nombreux préjugés sur les datacenters PFM persistent, notamment l’idée que ces systèmes n’ont toujours pas fait leurs preuves, et qu’ils n’ont que peu évolué depuis les premières conceptions.

La logique, les faits et les preuves ne viennent pas toujours à bout des idées bien établies, mais essayons tout de même. Il est temps de tordre le cou à ses idées fausses :

Les datacenters PFM sont des produits de niche

C’est vrai, les installations PFM ne représentent qu’une petite part du marché. Mais cette dernière est appelée à augmenter. La demande provenant de fournisseurs de services de colocation friands d’agilité (possibilité d’augmenter la capacité autant que nécessaire), ainsi que celle pour de nouveaux micro datacenters 5G à destination de la périphérie ne constituent qu’une partie des moteurs de croissance de ce segment. D’après les études de 451 Research, le marché des datacenters PFM devrait se développer à raison d’une croissance annuelle moyenne sur 5 ans de 14,4 % jusqu’en 2021, où il atteindra 4,4 milliards de dollars. « La méthodologie des systèmes PFM est de plus en plus privilégiée pour augmenter la capacité des datacenters et pour construire de nouveaux sous-systèmes clé en main ou critiques. Reposant sur des processus industriels, elle dispose d’avantages décisifs en termes de contrôle de la qualité, de temps d’installation et de cohérence de conception. » a récemment déclaré Daniel Bizo, Analyste principal chez 451 Research.

Les datacenters PFM sont simplement des conteneurs

Les produits PFM de première génération proposés par des entreprises informatiques telles que Sun Microsystems étaient logés dans des conteneurs ISO. C’est pour cette raison que ce format continue d’être associé au terme PFM, probablement au détriment d’une adoption plus large de cette technologie. Bien que les structures PFM regroupent à présent l’intégralité de l’infrastructure d’un datacenter, des rangées, aux salles, à des sites entiers, en passant par l’infrastructure électrique et thermique, l’idée que les PFM ne sont que de simples conteneurs persiste. Le principal défi dans le secteur des datacenters est de réussir à montrer la flexibilité et la polyvalence de conception que permettent les installations PFM.

Les datacenters PFM sont plus onéreux que les structures traditionnelles

L’un des plus puissants avantages d’un datacenter PFM est qu’il n’est pas nécessaire de comparer la valeur ajoutée d’un déploiement plus rapide aux coûts supplémentaires généralement associés à une livraison plus rapide. Les datacenters PFM tirent profit d’économies d’échelle et de processus rationalisés rendus possibles par un assemblage hors site afin de permettre un déploiement plus rapide pour un TCO inférieur. Les économies d’un datacenter PFM sont si attrayantes qu’elles sont susceptibles d’influencer les analyses coût-avantage relatives à l’extension d’une installation existante par rapport à une nouvelle construction. Un datacenter PFM peut permettre à une organisation de déménager un datacenter vers un endroit plus adapté pour un coût semblable à l’extension et à la rénovation d’une installation existante.

Les installations PFM sont moins résilientes et/ou moins sûres

Certes, certains formats PFM, notamment ceux conçus comme des conteneurs et même les micro datacenters sont portables. Ils peuvent être livrés par camion et déplacés vers un autre site si nécessaire. Toutefois, cette mobilité n’a aucune incidence sur leur sécurité physique ni sur leur résilience. Une fois équipés des mêmes protections physiques (grillages, systèmes de contrôle d’accès, gardes) que les installations traditionnelles, les sites PFM sont tout aussi sûrs. Les datacenters PFM sont en réalité moins sujets aux pannes en raison des tests cruciaux qu’ils subissent, et certaines mises en service peuvent même être réalisées en usine. L’intégration préalable des composants permet également de limiter les problèmes de maintenance liés à une installation incorrecte. Enfin, concernant la résilience, le principal organisme de certification du secteur des datacenters, Uptime Institute, a développé son programme Tier-Ready afin de rationaliser la certification des installations construites partiellement ou totalement au moyen de composants PFM.

Les installations PFM permettent uniquement de gagner de la place

Le PFM n’est pas là uniquement pour détrôner les techniques de vente de constructions traditionnelles. Le PFM est une technologie qui peut être utilisée pour étendre les sites construits de manière traditionnelle. Par exemple, des unités PFM spécialisées peuvent être déployées pour ajouter de l’alimentation électrique (ASI) ou des systèmes de refroidissement supplémentaires dans un site existant disposant de suffisamment d’espace disponible, mais sous contrainte du fait de la température ou de la résilience. La gamme VERTIV™ Power Module constitue un parfait exemple de cette technologie en action. Cette gamme est conçue pour être déployée dans une installation neuve ou existante nécessitant une solution agile et flexible pour améliorer la distribution électrique et accroître la résilience.

Les installations PFM sont tout sauf esthétiques

Les conceptions PFM s’appliquent à tous les aspects d’une installation, qu’il s’agisse d’un site complet, impossible à distinguer d’une construction traditionnelle, ou bien d’un micro datacenter monorack pour répondre aux besoins d’edge computing qui peut être installé dans un immeuble de bureaux moderne et élégant. Le datacenter de T-Systems installé à Cerdanyola del Vallès, en périphérie de Barcelone, en est un parfait exemple. Bien qu’il repose sur une approche PFM, sa façade extérieure ressemble à celle de n’importe quel autre bâtiment conventionnel. Il s’agit actuellement de l’un des plus grands datacenters modulaires de T-Systems en Espagne, avec une capacité de charge informatique modulaire de 1,1 MW, capable d’évoluer jusqu’à 5 MW dans les phases futures. Le site a également été récompensé par le Data Centre Market en tant que projet le plus innovateur en Espagne, et a été salué par l’Uptime Institute pour avoir fourni une disponibilité de 99,98 %.

Pour plus d’informations sur les raisons pour lesquelles les datacenters préfabriqués constituent peut-être une approche privilégiée pour votre prochain datacenter de périphérie, principal, de colocation ou de télécoms, consultez notre livre blanc : Prefabricated Modular data centers: from disruption to default option (en anglais).

Articles associés

Connexion partenaire

Langue & Localisation