The page you're viewing is for French (EMEA) region.

The page you're viewing is for French (EMEA) region.

Fournir plus de puissance de calcul tout en améliorant l’efficacité énergétique des data centers

Blog Series: Eco-Insights

La société a demandé beaucoup des datacenters et l’infrastructure numérique pendant la pandémie et, généralement, ils ont répondu à l’appel.

Pour autant, afin de pouvoir répondre à la demande croissante en matière de puissance de calcul et de services numériques, la capacité des datacenters ne cesse de s’accroître, de 10 à 20 MW il y a cinq ans à 100 à 200 MW aujourd’hui.

Bon nombre des plus grands nouveaux datacenters sont construits par des fournisseurs de colocation (voyant les clients louer et partager espace et puissance de calcul dans le datacenter) ou des opérateurs de datacenters « hyperscale », tels que Google, Amazon et Microsoft. Les nouvelles technologies énergivores telles que les réseaux mobiles 5G, l’intelligence artificielle (IA) et l’informatique haute performance susciteront des demandes supplémentaires pour les datacenters.

Cependant, répondre à cette demande ne constitue que l’un des défis. Les datacenters sont également soumis à une pression croissante, de la part des clients, des gouvernements et des régulateurs de l’industrie −, leur demandant de faire plus avec moins : fournir plus de puissance informatique tout en utilisant moins d’énergie et en réduisant leur empreinte carbone.

L’un des aspects clés lorsqu’il s’agit de contrôler la consommation d’énergie des datacenters, ainsi que d’autres aspects de la durabilité tels que la consommation d’eau, est l’efficacité et le rendement des systèmes de refroidissement. Les développements en matière de technologies de refroidissement ont été l’un des sujets clés du Vertiv Data Center Cooling Innovation Forum, ayant vu la participation d’experts de Vertiv, CBRE, du Uptime Institute et de Green Mountain.

Tendances pour les datacenters

L’activité sur le marché des datacenters a ralenti en 2020 en raison de la pandémie, mais elle s’accélère désormais avec un premier trimestre record, a déclaré Penny Madsen-Jones, Directrice de la recherche sur les datacenters EMEA, Services de conseil et de transaction, chez CBRE, l’entreprise de conseil et de services immobiliers. « Nous pensons que cela met le marché sur la bonne voie pour connaître une année record en termes d’utilisation, et nous constatons également beaucoup plus d’offres online », a-t-elle déclaré au cours d’une table ronde lors de l’événement dédié au refroidissement.

Les autres tendances clés du marché des datacenters comprennent une augmentation du nombre d’entreprises utilisant des datacenters de colocation, plutôt que de posséder les leurs, pour accéder au cloud, et des datacenters expérimentant des services d’équilibrage du réseau (obtenant ainsi des revenus supplémentaires en ré-alimentant les réseaux électriques en énergie), ajoute Mme Madsen-Jones. Les nouveaux marchés de datacenters (en Europe et en dehors) s’affirment face aux marchés dominants de Francfort, Londres, Amsterdam et Paris − ou « FLAP », − comme on les appelle plus communément, et des États-Unis, a-t-elle déclaré.

Au cours de la pandémie, les gouvernements devaient permettre le transfert du personnel entre les datacenters. Dans de nombreux pays, ces professionnels étaient inclus dans la liste des industries/professions essentielles.

Un profil public plus élevé signifie également un examen plus approfondi de leur impact sur les sociétés et l’environnement. Avec l’essor du secteur des datacenters et le besoin accru de terrains, ce qui peut faire grimper les prix de l’immobilier dans les zones résidentielles, et les contraintes sur les réseaux énergétiques, les gouvernements sont également de plus en plus conscients de l’empreinte carbone du secteur, estimée à environ un pour cent de la consommation mondiale d’électricité, bien que certains experts estiment que le chiffre pourrait être plus élevé.

« Nous constatons un intérêt croissant des régulateurs en Europe et dans le monde entier concernant l’impact environnemental [ceci incluant l’utilisation d’énergie et d’eau], » a déclaré Ali Moinuddin, Directeur général du Uptime Institute, une organisation qui publie des normes pour le secteur des datacenters et fournit des conseils en matière de performances et de rendement.

Normes de durabilité

Il ne manque pas de normes en matière d’efficacité énergétique, par ex. lecode de l’Union européenne pour le rendement énergétique dans les datacenters.

Les initiatives volontaires du secteur − telles que le « Climate Neutral Data Centre Pact » (Pacte de neutralité climatique) conclu en Europe entre les fournisseurs d’infrastructure cloud et les opérateurs de datacenters ayant accepté de rendre les datacenters européens climatiquement neutres d’ici 2030 −, constituent une avancée en ce sens.

De plus en plus d’entreprises s’engagent à réduire leurs émissions de carbone, par exemple Microsoft a promis de devenir « carbone négatif » d’ici 2030 −, ce qui signifie que l’entreprise de logiciels éliminera plus de carbone de l’atmosphère qu’elle n’en produit.

Pour aider les datacenters à devenir plus durables, Vertiv doit avoir une « longueur d’avance » sur les évolutions technologiques, réglementaires et commerciaux, afin de pouvoir proposer la « technologie adéquate pour l’environnement approprié », a déclaré Roberto Felisi, Directeur principal de l’offre de refroidissement Globale et de l’Europe,

Moyen-Orient et Afrique chez Vertiv.

Technologies de refroidissement

Les avancées technologiques telles que le « refroidissement liquide » pour lequel Vertiv est un leader du marché peuvent aider les datacenters à réduire leurs émissions de carbone. Le refroidissement liquide requiert moins d’énergie pour refroidir les datacenters que l’utilisation d’air pour contrôler les températures. La technologie en est à un stade précoce et n’est pas largement utilisée actuellement. Cependant, elle devrait connaître une croissance rapide au cours des trois prochaines années.

Une étude récente d’Omdia, une entreprise de recherche technologique, prédit que les formes de refroidissement liquide (qui incluent le « refroidissement par immersion », dans lequel les serveurs et autres équipements IT sont immergés dans des réservoirs remplis de liquide de refroidissement, et la technologie « direct-to-chip », où le liquide de refroidissement liquide est alimenté directement dans les microcircuits des équipements de datacenter pour les maintenir au frais), devraient également connaître une forte croissance, avec un doublement entre 2020 et 2024.

Nigel Gore, Directeur principal, Gestion des offres chez Vertiv, a ajouté : « Avec le refroidissement liquide, nous dépendons vraiment de deux avancées technologiques. Les datacenters doivent être capables de prendre en charge le refroidissement liquide et de l’associer à des équipements IT capables d’assurer le refroidissement liquide, par exemple, le refroidissement liquide « direct-to-chip » ou des équipements IT à immersion. »

Le refroidissement liquide pourrait également aider l’informatique haute densité à devenir plus écoénergétique, ajoute-t-il.

Énergie verte

Certains datacenters, tels que Green Mountain en Norvège, ouvrent également la voie. Situé au cœur des montagnes norvégiennes, Green Mountain, un ancien site de stockage de munitions haute sécurité de l’OTAN devenu datacenter, fonctionne entièrement à l’énergie hydraulique.

Récemment, Green Mountain, l’un des datacenters les plus durables au monde, est devenu encore plus écologique en modernisant ses technologies d’alimentation et de refroidissement en partenariat avec Vertiv.

Pour les datacenters, deux questions clés concernant le rendement énergétique sont : « Quelle quantité d’énergie utilisez-vous et quel est le rendement de vos datacenters en termes de conversion de l’énergie en puissance informatique ? » a déclaré Alexander de Flon Rønning, Directeur Conception et Produits de Green Mountain.

Pour autant, quels que soient les avancées technologiques et le niveau d’autorégulation, il est peu probable que cela soit suffisant. Les gouvernements et les régulateurs du monde entier sont susceptibles d’imposer de nouvelles réglementations en matière d’efficacité énergétique et environnementale à l’industrie (« ce n’est pas une question de quand, mais de si »), a déclaré Moinuddin de l’Uptime Institute.

Le besoin d’une infrastructure de refroidissement durable est motivé par la demande des clients et les réglementations. Mais des avancées telles que le refroidissement liquide peuvent aider les opérateurs de datacenters à relever ces défis.

Regardez l’événement complet online à la demande, dès maintenant.

Related Articles

Connexion partenaire

Langue & Localisation